« Les mesures prises vont freiner le développement de l’électromobilité »

Regroupées sous la coupole de House of Automobile, les fédérations sectorielles représentant l’automobile et la mobilité ont publié une lettre ouverte à la ministre en charge de l’Environnement, Carole Dieschbourg. Objectif : lui démontrer une nouvelle fois que « les mesures prises vont freiner le développement de l’électromobilité ».

Pour rappel, le nouveau régime introduit une limite à hauteur de 18kWh/100km au-dessus de laquelle l’acquéreur
d’une voiture électrique recevra 3.000 euros d’aides (au lieu de 8.000 euros).

Pour les modèles plug-in hybrides, l’aide passe de 2.500 à 1.500 euros.

« La gamme de voitures familiales est de loin la gamme la plus représentée dans notre parc roulant », peut-on lire dans cette lettre ouverte. « Comme ces voitures vont, en règle générale, se trouver au-dessus de la limite des 18kW/h, la grande majorité des véhicules électriques vont uniquement pouvoir bénéficier de la prime bridée à 3.000 euros, qui est même encore moins que la prime de 5.000 euros en vigueur en 2019. Passer de 8.000 euros à 3.000 euros est certainement une réduction disproportionnée par rapport à l’effet que le Gouvernement veut atteindre. »

Voici in extenso la lettrre ouverte adressée par la House of Automobile à la ministre Carole Dieschbourg

Et Gerry Wagner, signataire de ce courrier en tant que porte-parole de la House of Automobile, poursuit :

« Nous ne voulons ici pas rentrer davantage dans les inégalités sociales que crée cette limite très basse en excluant certaines petites voitures citadines en dessous de 30.000 euros de la prime de 8.000 euros parce que leur consommation électrique dépasse 18kW/h tandis que d’autres voitures de plus que 60.000 euros continuent à bénéficier de la prime élevée. »

« Il est un fait que le surcoût pour une voiture électrique, par rapport au même modèle en version thermique, se situe en règle générale entre 10.000 et 16.000 euros. Ceci compte pour tous les gabarits de voitures, aussi pour les plus petites. Avec ces mesures, le Gouvernement pénalise les voitures de taille moyenne, dont le surcoût représente quelques 10.000 euros, prime déduite de 3000 euros. Si l’effet « prime » ne joue plus comme avant, il sera tout-à-fait logique que, devant un tel choix, l’acheteur va continuer à privilégier la voiture thermique plutôt que de passer vers une voiture électrique bien plus petite. »

« Finalement, le parc des voitures électriques sera majoritairement composé de petites voitures, tandis que les voitures familiales et SUVs vont rester en thermique ! Ceci n’est certainement pas dans l’intérêt de notre environnement. »

#Auto